Quelles sont les phases et les techniques de l’hypnose en Val-d’Oise ?

Le processus d’hypnose en Val-d’Oise ou ailleurs se déroule et est renforcé en plusieurs phases, chacune des phases étant facultative. Les quatre phases sont les tests, l’induction, l’approfondissement et les phénomènes hypnotiques. Les tests sont généralement utilisés avant l’hypnose afin de déterminer quelles personnes sont les plus réceptives. En général ils sont effectués dans le cadre de l’hypnose de spectacle voir plus de détails sur le site https://www.hypnodeclic.fr/. L’un des tests les plus utilisés est celui des doigts aimantés. Le test des doigts aimantés consiste à rapprocher les index avec les mains jointes. De nombreuses autres techniques existent. La phase qui suit est l’induction, on retrouve des centaines, et même des milliers de techniques d’induction dont certaines sont brèves et directives par exemple « Dormez », tandis que d’autres sont plus subtiles, suggestives et progressives. On a par exemple des suggestions comme « vous êtes bien…vous respirez profondément…vous êtes détendu…vos paupières s’alourdissent…vous fermez les yeux… vous glissez lentement…vous dormez… ». On voit bien la différence entre les deux techniques.

Pendant la phase d’induction, le thérapeute doit rester attentif et faire attention aux différents signes qui se manifestent pendant cette phase. Parmi les signes les plus pertinents on peut citer la déglutition plus fréquente, le battement des paupières, etc. ces signes peuvent être utilisés pour renforcer l’induction et plonger dans la réalité du sujet. En termes d’hypnose en Val-d’Oise ou ailleurs, l’induction peut être menée par la technique de confusion qui est généralement utilisée en programmation neuro linguistique et qui a été promue par Milton Erickson. Avec cette technique on demande à une personne de faire différentes choses assez rapidement, par exemple, penser à son pied droit, ensuite à sa main gauche, etc. L’esprit se retrouve vite surchargé et stressé et préfère opter pour la détente qui lui est proposée. On appelle aussi cette technique « confusion des sens ».

En résumé les techniques d’induction peuvent être résumées en induction longue et induction courte. Pendant que l’induction courte dure entre quelques secondes et quelques minutes, l’induction longue peut durer entre 20 et 25 minutes. En hypnose au Val d’Oise, l’induction est directement suivie par la phase d’approfondissement. De l’avis des spécialistes, l’induction longue permet au sujet de mieux entrer dans l’état d’hypnose et d’avoir une meilleure visualisation, tandis que les inductions courtes peuvent créer des blocages ou des résistances chez les sujets. De nos jours l’hypnose en Val d’Oise comme ailleurs est une attraction, on s’en sert comme spectacle, cela a contribué à démocratiser cette pratique et à la faire connaître par le plus grand nombre. C’est après avoir assisté à un spectacle d’hypnose de Charles Lafontaine en 1841 que James Braid s’est intéressé à l’hypnose et aux phénomènes qui y sont liés. Afin de se démarquer des spécialistes de l’hypnose en spectacle, les hypnothérapeutes se font appeler hypnologues ou hypnotistes. Certains pays interdisent les spectacles d’hypnose, notamment la Belgique, et ce depuis 1892. Un spectacle de Messmer a d’ailleurs été annulé en Belgique en invoquant cette loi.